Scientist’s mRNA obsession once cost her a job, now it’s key to Covid-19 vaccine

L’obsession de l’ARNm de la scientifique lui a déjà coûté un travail, maintenant c’est la clé du vaccin Covid-19

L’obsession de la scientifique d’origine hongroise Katalin Kariko pour la recherche d’une substance appelée ARNm pour lutter contre la maladie lui a déjà coûté un poste de professeur dans une prestigieuse université américaine, ce qui a rejeté l’idée comme une impasse.

Aujourd’hui, son travail de pionnier – qui a ouvert la voie aux vaccins Pfizer et Moderna Covid-19 – pourrait être ce qui sauve le monde d’une pandémie de 100 ans.
«C’est tout simplement incroyable», a-t-elle déclaré à l’AFP lors d’un appel vidéo depuis son domicile de Philadelphie, ajoutant qu’elle n’était pas habituée à l’attention après avoir travaillé pendant des années dans l’obscurité.

Cela montre pourquoi « c’est une science importante doit être soutenue à plusieurs niveaux. »

Kariko, 65 ans, a passé une grande partie des années 1990 à rédiger des demandes de subventions pour financer ses recherches sur «l’acide ribonucléique messager» – des molécules génétiques qui indiquent aux cellules quelles protéines fabriquer, essentielles pour maintenir notre corps en vie et en bonne santé.
Elle pensait que l’ARNm était la clé du traitement des maladies où le fait d’avoir plus du bon type de protéine peut aider – comme réparer le cerveau après un AVC.
Mais l’Université de Pennsylvanie, où Kariko était sur la bonne voie pour un poste de professeur, a décidé de mettre un terme aux demandes de subvention après l’accumulation des refus de subvention.

«J’étais en lice pour une promotion, puis ils m’ont simplement rétrogradé et s’attendaient à ce que je quitte la porte», dit-elle.

Kariko n’avait pas encore de carte verte et avait besoin d’un travail pour renouveler son visa. Elle savait également qu’elle ne serait pas en mesure de soumettre sa fille à l’université sans la forte réduction du personnel.

She decided to persist as a lower-rung researcher, scraping by on a meager salary.

It was a low point in her life and career, but “I just thought…you know, the (lab) bench is here, I just have to do better experiments,” she said.

The experience shaped her philosophy for dealing with adversity in every aspect of life.

“Think through and then at the end of it, you have to say ‘What can I do?’

“Because then you don’t waste your life.”

The determination runs in the family — her daughter Susan Francia did go to Penn, where she earned a Master’s degree, and won gold medals with the US Olympic rowing team in 2008 and 2012.